Breakfast avec Pulsión (Pulsion)

Rencontre avec...

Entretien avec Pedro Casavecchia, réalisateur de Pulsión (Pulsion)

Votre film montre un garçon issu d’une famille difficile qui sombre dans la folie. Qu’est-ce qui vous intéressait dans ce sujet ?
Pulsión est un projet que j’ai réalisé presque tout seul. L’animation en 3D est très chronophage et je trouve que le plus difficile est de rester impliqué jusqu’à l’achèvement du film (surtout dans le cas d’un projet indépendant, sans financements), donc il me fallait un sujet qui m’intéresse personnellement. À cette époque, j’étais à fond dans les reportages sur les criminels et les interviews de tueurs en série. Ce n’était pas le crime en lui-même qui m’intéressait, mais l’aspect psychologique – comment ces gens en arrivent là. J’ai donc opté pour le genre du thriller psychologique dans le but de conserver ma motivation jusqu’au bout.

Que voulez-vous que le spectateur en retire ?
Mon film est assez sombre. J’espère que le spectateur aura de l’empathie pour les personnages, qu’il s’y attachera. J’espère qu’il ressentira quelque chose en regardant le film, car c’est cela que je recherche personnellement quand je regarde un film. C’est super quand les gens remarquent de tout petits détails du film.

Y a-t-il des libertés que le format court métrage vous a apportées ?
C’est génial pour faire des essais – en l’occurrence, la perspective isométrique et les espaces clos, deux choses que je ne connaissais pas trop mais que j’ai eu le courage de tenter car il fallait juste que ça fonctionne sur quelques minutes. Le format du court métrage est un moyen extraordinaire d’expérimenter et d’être créatif.

Quelles sont vos références cinématographiques ? Vos influences, ce qui vous inspire ?
Je suis fan absolu de Shining, de Kubrick. J’adore le mystère, la profondeur de ce film. On peut le revoir sans fin et y trouver encore des choses qu’on n’avait pas remarquées. J’ai vraiment voulu faire quelque chose qui s’inspirait de cela.

Pour voir Pulsión (Pulsion), rendez-vous aux séances du programme I4 de la compétition internationale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *