Migrations des images

Atelier d'écriture Exclusif
Dans la pénombre de Cocteau... © Sauve qui peut le court métrage, Baptiste Chanat

C’est la semaine où cette ville fait du bruit, fourmille et s’encombre, on dirait bien qu’elle rajeunit aussi, d’abord quand des files surgissent des écoles, nous croisent et se croisent, entre celles qui remplissent les salles de projection et celles qui vont à la piscine voisine…
On est même sûr que la ville rajeunit très fort en huit jours, avec ces centaines de cinéastes débutants venus du monde entier. Voilà des étrangers dont on est bien content pour une fois, des migrants bienvenus auxquels on se mélange volontiers dans les rues et les bars, et dans les salles où nous voyons ensemble de beaux petits films, sur les migrants par exemple… Cette semaine-là, toutes les langues résonnent dans la ville et les images les dépassent. Au lendemain du dernier jour, dimanche soir, tous sont repartis et pourtant nous faisons encore déborder la dernière salle, pour la dernière séance de petits films venus d’ailleurs…

Denis Couderc

 


Exclusif était un journal trimestriel écrit par les membres d’une action d’insertion, disparu en 2016. Ces textes sont issus d’un atelier d’écriture proposé par l’équipe de rédaction du journal au cours de l’année 2016-2017. La thématique était « Comment percevez-vous la ville, votre ville pendant le festival du court métrage ? ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *