Critique à emporter #3 : « Filme Som » (L1)

Critique à emporter

FILME SOM (Filmer le son)

Cesar GANANIAN, Alexandre MOURA

Brésil / 2014 / 00:09:17

 

En rencontrant l’univers de l’inventeur musicien Roberto Michelino, Cesar Gananian et Alexandre Moura signent un court métrage synesthésique, qui oscille entre la captation musicale et le ciné-poème urbain.

Film Som suscite d’abord une curiosité des formes. Celle des instruments de musique inventés par Roberto Michelino. On les découvre dans les moments de performance live de l’artiste, qui interviennent entre les mailles d’images urbaines aux accents Wendersiens. Mélangeant instruments à cordes, percussions et objets divers (archet, boules de billard… etc.), l’ensemble fait plus allusion à l’art cinétique qu’aux instruments classiques. Car c’est surtout dans la manière de jouer, d’utiliser ces instruments que se produit l’originalité des sons. En bon contemporain de John cage, Roberto travaille davantage dans le son qu’avec le son, et ajoute une dimension plus ludique à ce qui ressemble à une mise en espace de la musique.

Une mise en espace qui s’étend jusque dans la ville, avec l’impression par moments que la musique donne vie à cet espace urbain. Une boule de billard qui tourne sur des cordes et c’est la caméra – filmant la ville dans le plan d’après – qui se met à tourner comme dans un lave-linge. Le lien entre la musique et les plans tiennent alors plus d’une mise en rapport que d’un effet clip. L’illustration n’a donc pas sa place car la musique reste incertaine : partition sonore issue d’une impulsion diégétique, elle se noie petit à petit dans le lointain de cette ville et devient indissociable de l’expérience alternée des deux espaces.

La mise en scène renoue avec le courant d’avant-garde, par touche d’essais plastiques, qui se jouent de nos points de vue habituels (dutch angle, surimpression, ou plans inversés), troublant le regard que nous portons sur cette ville. Quant au montage, Vertov n’est jamais loin.

 Film Som se démarque ainsi de la captation pépouze par ses essais plastiques et ses associations image-son, tout en nous donnant après la séance, la formidable envie de se créer ses propres instruments.

 

Pour voir Filme Som, rendez-vous aux séances de la Compétition Labo L1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *