Clermont dans la lucarne : août 2017

Clermont dans la lucarne

Votre planning télévisuel mensuel des diffusions de courts métrages passés par le festival du court métrage de Clermont-Ferrand, émission par émission.

Vous avez loupé une édition ? Voici quelques sessions de rattrapage.

Tous les mercredis (dans la nuit de mercredi à jeudi) et samedis après minuit (dans la nuit de samedi à dimanche) sur Arte

 

Samedi 19 août à 1h50 (rediffusion mercredi 23 août à 1h25) : spécial films multi-primés

Cette émission sous le signe clermontois commence avec Dernière porte au Sud de Sacha Feiner, inspiré de la bande dessinée de Philippe Foerster. Ce film, qui nous raconte l’histoire d’un enfant affublé d’une étrange tête siamoise, retenu dans le manoir familial depuis sa naissance, a obtenu le Prix du meilleur film d’animation international au festival 2016.

 

« La première fois », qui consacre une interview à des cinéastes chevronnés revenant sur leurs premiers courts métrages, s’intéresse à Benoît Delépine, qui parlera de ses débuts et notamment du film À l’arrachée, coréalisé avec Christophe Smith, sélectionné en compétition nationale lors du festival 1996 et remontré en ouverture du festival 2017. Cette interview a été enregistrée lors de cette dernière édition, durant laquelle Delépine faisait partie du jury national.

Benoît Delépine © Sauve qui peut le court métrage, Juan Alonso

Le très beau Au bruit des clochettes de Chabname Zariab, Prix de la meilleure première œuvre de fiction (SACD) du festival 2016, sera ensuite diffusé. Ce court métrage, d’une beauté et d’une sensibilité rares, aborde le Bacha Bazi, l’enfer de l’esclavage sexuel des jeunes hommes en Afghanistan, à travers le personnage de Saman, 18 ans.

Retrouvez l’interview de la réalisatrice à propos du film ici.

Enfin, l’émission se terminera avec la diffusion du film Le gouffre de Vincent Le Port, mention spéciale du jury national et Prix de la presse Télérama lors du festival 2016. En 30 minutes, le jeune réalisateur nous dresse un portrait à la croisée du naturalisme et du fantastique du Finistère nord, tandis que les vacances prennent fin et qu’un enfant disparaît mystérieusement…

Retrouvez notre interview du réalisateur à propos du film ici.

 

Samedi 26 août à 1h00 (rediffusion mercredi 30 août à 2h00) : spécial films d’écoles

Là encore, l’occasion sera belle de retrouver des courts métrages passés par les circuits clermontois !

On commence la soirée avec le glaçant I Made You, I Kill You (Elle dort à jamais ma jeunesse) du cinéaste Alexandru Petru Badelita. Dans ce film autobiographique réalisé au Studio des arts contemporains Le Fresnois, le réalisateur aborde son enfance chaotique en Roumanie, à travers des images d’archives, des photos et un univers visuel qui lui sont propres. Poétique et sans concession, le film, présenté en compétition nationale lors du festival 2017, sera suivi d’un entretien avec Badelita.

Retrouvez notre interview du réalisateur à propos du film ici.

Plus court mais non moins intense, vous aurez l’occasion de découvrir le film d’animation Children (Les enfants) de Paul Mas réalisé au sein de l’EMCA (École des métiers de cinéma d’animation), suivi d’une rencontre avec le réalisateur. Présenté en compétition nationale 2017, ce court métrage retranscrit un entretien entre Nicolas, un élève qui a violemment agressé une camarade, et Claire, une psychiatre. Ne vous fiez pas à la douceur des marionnettes…

Retrouvez notre interview du réalisateur à propos du film ici.

Enfin, nous finirons cette émission avec le film suisse Courber l’échine de réalisé par Kadija Ben-Fradj à la Haute école d’art et de design de Genève. Le ocurt métrage dépeint le portrait d’une jeune femme, Chaima, tiraillée entre son attachement à sa famille musulmane et sa soif de liberté.


Tous les dimanches après 22h30 sur Canal + Cinéma

 

Dimanche 6 août : session rattrapage spéciale compétition internationale 2016

Il n’est jamais trop tard pour découvrir le réjouissant Madam Black, petite pépite néo-zélandaise du réalisateur Ivan Barge, auréolée du Prix du public. Une fable entre entre un photographe et une gamine, où il est question de chat noir et d’illusions…

Retrouvez notre interview du réalisateur à propos du film ici.

Le film sera suivi du court métrage péruvien El Hueco (Le trou) de Germán Tejada et Daniel Martin Rodriguez, Prix Canal+ international. Où l’amour prend ses formes les plus extrêmes, jusque dans les derniers retranchements…

 

Dimanche 20 août : si vous l’aviez loupé une première fois, vous ne pouvez décidément pas passer à côté du sublime Que vive l’empereur de Aude Léa Rapin, une fois de plus accompagnée de son acolyte comédien et scénariste Jonathan Couzinié. Le film, présenté en compétitions nationale et internationale en 2017, présente un couple au bord de l’implosion en pleine reconstitution de la bataille de Waterloo. D’une sensibilité folle, la talentueuse cinéaste filme au plus près ses personnages pour en faire ressortir l’émotion, pure.

Retrouvez notre interview de la réalisatrice à propos du film ici.

 

Bel été à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *